Benjamin Millepied

Publié le par Lilie

Benjamin Millepied est un danseur classique.

La première pièce est ancienne (1976).
Et sent le vieilli jusqu'à l'ensemble collant-gilet rose-mauve...
Et puis la scène est trop nue.
C'est gracieux et désuet, et je n'y ai pas trouvé d'âme.
A part celle du piano de Chopin (sur scène !) : mazurkas et valse pour Others dances, du chorégraphe de West side story - entre autres - pourtant !

La deuxième pièce est plus contemporaine (1985, Steptext du chorégraphe W. Forsythe)
Elle mêle au classique ce que je n'aime pas du contemporain... mais j'ai préféré cependant.
Peut-être une différence dans la présence des corps : la première pièce est un duo homme-femme, avec des solos, là deuxième a une force de groupe.
Mais le jeu de lumière avec la salle (laissée allumée longtemps) et la partition No. 2BWV1004 en ré mineur de Jean-Sébastient Bach - pour moi, un bruit strident - ne me donnaient qu'une envie : que ça s'arrête.

Je suis surprise de déceler des imperfections techniques parfois, malgré l'application manifeste des danseurs. "On dirait une répétition" sont des mots qui sont revenus plusieurs fois autour de moi à l'entracte.
Je suis surprise du bruit des danseurs lorsqu'ils retombent, à l'exception d'un seul.

La troisième pièce, Sarabande, est chorégraphiée par Benjamin Millepied lui-même.
Et tout de suite, c'est moderne.
Tout de suite, il y a un souffle.
C'est une pièce pour 4 hommes, animés, vivants, accompagnés d'un flûtiste, puis d'un violoniste.
Je me suis surprise à penser "déjà fini ?"

Ce soir, il m'aura fallu patienter pour ressentir un peu d'émotion...

Publié dans Baie des découvertes

Commenter cet article