A comme André-Abdelaziz (Thérèse)

Publié le par Lilie-Norlane

Le site Babelio où l'on partage nos lectures a lancé un défi : lire et critiquer en suivant l'alphabet (pour les noms des auteurs).

 

Pour le A, je vous propose un livre très peu connu, paru en 2006 et lu pour la deuxième fois, toujours avec plaisir.

Ce livre a pour titre Je m'appelle Atlantique. Une petite fille, ainée d'une famille nombreuse, catholique et peu riche, dans la province et l'après-guerre, raconte. Elle dit ses ressentis de "chat écorché", de fille pas comme les autres. Et puis autour d'elle, Irène, Quentin, Philomène, Joachim, Ptit Frère, disent aussi. Et cela forme une histoire envoûtante, dans laquelle on ne comprend pas toujours tout et cela n'a pas d'importance.. On écoute les mots comme ils viennent et l'on suit Cécile qui nous offre son regard - douloureux, vif, compliqué et simple - sur son monde.

 

Chat écorché, je suis un chat écorché. "Chat écorché" dit Maman. Maman n'aime pas les chats, elle les chasse à coups de balais. Va-t-elle me chasser aussi ? "Chat écorché" dit Grand-mère. Grand-mère n'aime pas les chats vivants, elle les tue et elle les mange.

 

Les ombres du soir ça s'étend sur tout et partout, c'est plein de frôlements et de chuchotements. Ca vous oblige à retourner dans la vie d'autrefois, ça fait mal parce que ça ne vous dit que ce qui fait mal. Le bonheur, même tout petit, les joies, tout ce qui donne un peu de douceur à la vie, tout ça, les ombres du soir ne vous les rendent pas. C'est pour ça que je trime tout le jour et presque tout le soir, pour pas être envahie par les ombres.

 

elle dit et moi, moi, qu'est-ce que je suis pour toi ? Une lueur que je ne connais pas frémit au fond de ses yeux. Cette lueur n'est plus de l'enfance déjà mais elle n'est pas encore de l'après enfance. C'est une petite lueur intermédiaire, entre le jeu de marelle et le jeu de la vie.

Publié dans Bibliothèque

Commenter cet article

Théa 15/02/2011 14:43



Je suis l'auteur du livre, je suis cette "petite fille", dans la France de l'après-guerre, dans l'Ouest, et il y a, effectivement, une certaine souffrance mais aussi une profonde révolte
contre l'écucation judéo-chrétienne d'alors, dans les familles et les écoles. Surtout pour les filles. Avec un grand besoin de liberté ! Sachez que cette Liberté-là je l'ai trouvée, elle est en
moi, elle m'habite et me tient debout.Mais je ne puis en discuter en quelques lignes.


Merci en tous les cas d'avoir lu ce livre, ces extraits, avec votre ressenti.J'e'n suis profondément touchée.


 


Bien sincèrement



Lilie-Norlane 15/02/2011 15:40



Je suis touchée de votre présence en ces lieux ! Dans ma lecture, j'ai senti cette liberté dont vous parlez... J'aurais voulu le dire mieux.



rouergat 04/11/2010 09:17



Bonjour Norlane


L'extrait de ce livre me fait froid dans le dos, pauvre petite fille traitée de "chat écorché"


Amicalement



Lilie-Norlane 04/11/2010 09:47



Oui, il y a de la souffrance dans ce livre, mais j'en retiens autre chose : c'est un livre sur les ressentis, des ressentis qu'une certaine éducation réprouve, des ressentis qui vont à l'encontre
du cadre établi, des ressentis qui posent questions...