"Journal d'une femme adultère"

Publié le par Lilie

La lecture, c'est le croisement mystérieux d'un tas de routes : petit chemin, grande voie rapide...
Il y a des livres de rien, des livres de peu, des livres de tout. Il y a la vie autour de nous lorsqu'on les rencontre. Il y a des livres bonbons, des livres pleins, des livres fous...
Il y a ceux qui attirent parce qu'on a croisé une critique, parce qu'il est en poche et que c'est un jour où on a envie de l'acheter, parce qu'on se dit "c'est ce que j'ai envie de lire en ce moment"... et qui ne déçoivent pas.

Surtout, ne pas se fier à la couverture (le haut d'une femme nue), bêtement "commerciale" à mon avis, bien que ce soit un livre où l'érotisme - sans vulgarité-  tient une place de choix. 
Même le titre me laisse songeuse... On dirait qu'une femme adultère y raconte sa vie alors que pas du tout : c'est le tissu de liens forgés entre 6 personnages, centré autour de trois d'entre eux : deux amis, une femme.
Mais mon résumé non plus n'est pas bon : on dirait un vaudeville alors que pas du tout !

C'est un livre sur le désir, la jalousie, l'amour, les mensonges, la séduction, les attentes, les choix que l'on fait et ceux qu'on ne fait pas, la manipulation, la violence et la folie aussi.
Un livre sur les désirs. Pas ceux d'une vie qui débute lorsqu'on a 18-20 ans. Non, les désirs de "plus vieux".

Ce ne sont pas des personnages attachants, ce sont des personnages qui questionnent : "et moi, qu'est-ce que je ferais ? qu'est-ce que je pense d'eux ?" Ce ne sont pas des personnages attachants et pourtant on suit leurs cheminements introspectifs avec plaisir.

C'est un livre très bien mené, littéraire : Curt Leviant aime à jouer avec la langue, les mots, et son plaisir d'écriture est presque palpable.
Quelques allusions culturelles (notamment parce que la juivitude américaine me semble pleine de codes inconnus...) m'ont échappé parfois et l'espèce de généralisation négative autour du "juif arabe", même si elle s'explique dans l'histoire, m'a mise mal à l'aise... mais le gros de l'histoire n'est pas là : c'est un livre sur les liens et les désirs, comme une boîte dans laquelle on piocherait des questions, des sourires, des réponses peut-être, et tout un tas de choses différentes au gré de la lecture.

Journal d'une femme adultère, Curt Leviant, Pocket  Editions, janvier 2009 (1ère édition : Anatolia, 2007)

Publié dans Bibliothèque

Commenter cet article

Lania 24/03/2009 11:04

Bonjourd'avoir tiré la bobinette... heureuse d'être entrée sur le site Merci pour l'invitation et pour ce qui est de cette suggestion, je n'ai plus qu'une seule envie, le dévorer ! Le titre m'aurait faite fuir en effet mais je tourne les pages quand je touche un ouvrage : je me méfie des évidences comme dirait Obatala, saint cubain.A bientôt pour une autre promenadeLania

Lilie 24/03/2009 11:37



Bienvenue et à bientôt avec plasir.
J'aime donner envie de découvrir un livre...