Le salon artisanal - créa-vente et saveurs (Miribel, Ain)

Publié le par Lilie

C'était un petit salon artisanal, qui nécessite des améliorations malgré ses 23 années d'existence, organisé par l'association Inter-handicap.

Ma troisième expérience de vente-dédicace...
La première (quelques heures sur deux jours), fin mars 2007, une signature "organisée" par l'éditeur de Ma bouche tordue à l'occasion du Festival Internationnal du Film de Femme, à Créteil : 2 ventes à des blogueurs inconnus venus exprès, beaucoup d'ennui, la difficulté de trouver ma place parmi les autres auteurs présents, le manque d'assurance pour m'assumer "écrivain"...
La deuxième, juste pour moi, un samedi de novembre 2008, organisée avec l'Office du tourisme de ma ville d'enfance, en tant qu'auteur du coin, lors de la foire Saint-Martin : une jolie vitrine attirante, 14 ventes (pas seulement à des personnes qui me "connaissent"), plusieurs signatures pour des lecteurs contents, de belles rencontres autour de mon travail, la compagnie sympa des filles de l'Office du tourisme bienvenue pendant les périodes creuses... Et un contact pour la troisième expérience...
... le salon artisanal, sur un week-end complet, toujours dans mon "fief" comme dirait l'autre. Pour la première fois, en plus de mon livre, je proposais une douzaine de poèmes, certains illustrés par mes propres collages, sur des cartes (deux formats différents) et des marque-pages. (vous pouvez les découvrir régulièrement dans la rubrique L'arbre à cartes). Assez peu de visiteurs pour le Salon mais je suis ravie de l'expérience : 8 ventes supplémentaires pour mon livre, dont deux qui me touchent particulièrement (un médecin ORL inconnu interessé par mon témoignage de "patiente", une mère de famille attirée par mon écriture avant mon histoire) même si toute vente me fait plaisir ; des échos très positifs sur ma poésie et mes collages qui me poussent à continuer dans cette voie ;  un bénéfice financier qui ne me permet pas un train de vie de président et que certains trouveraient sûrement ridicule mais dont je me réjouis (je savoure chaque sou gagné par mon travail) ; une assurance nouvelle pour m'assumer comme écrivain - poète (artiste ?)  parce que plus je rencontre le ressenti des lecteurs, plus j'affine mon regard sur ce que j'écris. J'ai ainsi découvert que certains de mes poèmes pouvaient plaire à une gamine de 10 ans au point qu'elle n'arrive pas à se décider entre 3 !!!

Je ne suis pas commerciale, je déteste attendre derrière ma table que mon travail veuille bien intéresser quelqu'un, je déteste avoir à me vendre... Je n'écris pas pour cela. Mais pour entendre s'exclamer "oh de la poésie ! quelle surprise d'en trouver ici !", pour toucher l'émotion d'un médecin heureux de découvrir mes mots, entendre que mon écriture plait parce qu'elle est "légère", parce qu'elle est dans l'émotion, le ressenti, voir le plaisir d'une mère de famille et ses deux filles (10 ans et une adolescente) devant mes poèmes, palper, sentir ce que je peux offrir en puisant ce que j'ai au fond de moi... oui, cela vaut la peine de braver ma timidité et ma pudeur, oui cela vaut la peine de perdre du temps à ne voir passer personne... J'écris pour cela. Une seule rencontre peut justifier un salon, faire que je n'ai aucun regret... Là, j'ai plusieurs raisons de ne rien regretter. Et c'est très motivant pour l'avenir...
J'avance dans mon assurance et sur mon chemin d'écrivain-apprentie. Et j'adore ça.

Publié dans Coin salons

Commenter cet article

Caroline.K 06/02/2010 06:29


Bonjour Lilie,

Il y'a bien longtemps que je ne suis pas venue te lire. Ce texte me touche beaucoup, parce que tu exprimes des choses que je ressens et que j'ai ressenti pendant ma première expo, mais aussi lors
des rendez-vous prévus pour les suivantes. J'ai trouvé un compromis, mon amie qui elle a la fibre commerciale me balise le terrain au téléphone(elle est à washington, sniff).

En tout cas, j'ai beaucoup aimé l'histoire de la petite fille qui hésite entre trois poèmes, des visages me sont venus en mémoire.

Caroline


Lilie 08/02/2010 15:31


Nous avons en commun le plaisir de créer et de partager J'apprends le côté commercial, mais je préfère moins vendre et
ne pas me transformer en quelqu'un que je ne suis pas...


ADAMANTE 27/01/2010 11:14


Tout ce que l'on fait en art est un besoin qui prime sur tout, mais c'est vrai qu'un seul regard, une seule rencontre, nous aident à avancer, à continuer, à nous trouver.
M.... pour la suite ! Adamante


Lilie 27/01/2010 20:04


Merci Adamante !


Alice 25/01/2010 17:27


Bonne chance pour ton salon, amicalement


Lilie 25/01/2010 20:09


Merci !